On se rappel des quatre jeunes impliqués dans un clip de rap de Guénange tournée en Novembre 2016 et faisant l’apologie du trafic de drogue ont été partiellement relaxés, le jeudi 11 mai. Ils étaient poursuivis pour détention d’armes, attroupement armé et le visage dissimulé. A cela s’ajoute pour le chanteur, l’apologie du terrorisme.

Le chanteur, lui, se défend d'apologie de terrorisme quand il lance face caméra "Baise les jumelles comme Ben Laden". "Je parlait de filles", avance-t-il à la barre.

La défense dénonce la fragilité des preuves. : "On ne va pas les condamner parce que les enquêteurs ont du flair!" tonne Me Thomas Hellenbrand. Pour l'avocate du chanteur, Me Dreuil, "Ils ne doivent pas payer pour tous les problèmes de cette cité".

"Dans ce clip, répond sévèrement la procureure, on parle de drogue, d'argent facile, de violence. "Ce quartier poursuit-elle, est épuisé par ces individus qui prennent en otage la population". Elle maintient que les armes sont des vraies.