Chronique album : AP Discret AP

Le film qu'attendait tout le rap français est sortit le 27 Octobre, Ils ne pouvaient louper l’occasion d’un film sur le plus grand bandit français, tant cité dans les textes de rap depuis des années. Il fallait marquer le coup et les choses n'ont pas été faites à moitié: Cercle Rouge s’est associé à Hostile
et ce sont White & Spirit qui ont été choisi pour mettre en musique les cavales de Mesrine. Ca faisait un moment qu’on avait plus entendu parler de ces producteurs, pourtant doués, auteurs entre autres de 11’30 contre les lois racistes et de la B.O de ma 6T va Craker.
Avant tout, précisons que cet album n’est pas à proprement dit la bande originale du film (il aurait été anachronique de placer du rap dans un film qui commence dans les années 60… Il s’agit donc simplement d’un album sur le thème du film.)

D'emblée, le tracklisting est réjouissant, que des têtes d'affiches tels Akhenaton, Oxmo Puccino, les X-men et Lino, Rim-K côtoient la non moins talentueuse nouvelle génération représentée ici par Veust et TLF. les parrains du rap sortent leurs armes pour rendre hommage au bandit.
Ca attaque fort avec Seth Gueko qui veut gagner le million sans passer par la case Foucault et ne lésine pas sur les punchline pour arriver à ses fins: « Y a que mon dentiste qui peut me plomber!- » ou encore « à rêver d’être gangster, tu mourras en dormant ! » . Le Prix à Payer ponctue avec une basse lourde le flow du poids lourd du rap Kery James, qui nous immerge dans l'univers des Q.H.S du film avec cependant une lueur d'espoir dans l'instrumental qui traduit bien l'état d'esprit du bandit dés la première piste.

White & Spirit reviennent sur le devant de la scène et ont le mérite d'offrir un album hétéroclite; ils ont su s'adapter au potentiel de chaque artiste avec des prods simples mais percutantes. Le meilleur exemple est celle de Tunisiano sur Attrape moi si tu peux qui fait contre choc avec le flow de ce rappeur dont le talent n'est plus à prouver.
C'est Medeline qui a produit le morceau de Rohff et c'est avec plaisir qu'on retrouve son style d'avant Au delà de mes limites sur Pas de Héros, dans lequel il reprend la célèbre phrase de Mesrine « Il n’y a pas de héros dans la criminalité ». Quoiqu'il n'a pu résister à la mode kainri du moment, le vocoder qu'il a placé sur le refrain mais on lui pardonne cet écart car son morceau nous donne l'espoir d'un prochain album de qualité. Le petit frère est également dans le coup avec son compère Alain de l'Ombre sur Mourir Libre. Le son de ce titre est une bombe amorcée, qui fait penser un peu à « We are the Champions » et il aurait pu donner un titre légendaire, s’il n’avait été effacé par la fade interprétation de TLF.

Les différents artistes se sont immiscés dans la peau de Mesrine et ont tous choisi de développer un moment ou un sentiment de sa vie. Nessbeal s’est attardé sur le côté sentimental de l’homme aux mille visages. Mesrine a eu plusieurs femmes dans sa vie, auquel il était attaché. Avant sa mort, il enregistre une cassette pour sa dernière compagne (qui mourra finalement avec lui) Sylvie. C’est cette cassette qu’évoque Nessbeal, dans son texte il devient Mesrine pour dire à sa bien aimée des derniers mots d’amour post mortem.
Encore un rappeur de talent sur Le Temps d’une balle, Mokless s’imagine sur ce titre, ce qui a pu traverser l’esprit du voyou avant que les balles ne lui traversent le corps lorsqu’il était dans la voiture avec Sylvie et que la Police lui a tendu sa dernière embuscade.

D'autres se sont simplement inspiré de l'histoire de Mesrine pour la replacer dans le contexte actuel et en tirer des conséquences; ainsi Rockin'Squat sur Les Gangsters ne vivent pas longtemps apporte quelque chose de plus à l'album musicalement parlant, grâce à Wyms qui place un refrain soul, seule interlude, avec Gimenez featuring Tchad Po sur La justice au bout de mon flingue. à un album résolument rap.

Les poids lourds du rap braquent nos oreilles les uns après les autres, il est difficile de détailler tous les titres, mais ce qui doit être dit c'est que chacun a donné le meilleur de son talent au service de cette B.O. contrairement à d'autres compilations ou B.O de films bâclées. 
White & Spirit ont pris en otage la crème du rap français pour rendre hommage à une icône du milieu. Et les rappeurs n’ont pas laissé passer leur chance, on remarque au fil des titres à quel point ils maîtrisent leur sujet, connaissant chacun des détails de la vie de l'ennemi public n°1. 

Mesrine est aujourd'hui, et plus encore qu'à l'époque, un (anti) héros français, ce personnage complexe plein de charme mais aussi d'agressivité provoquait l'engouement du peuple par son esprit politique. Chercher l'idéal dans la marginalité dépeint bien le déclin de la société actuelle. Il était donc évident que le rap français se colle à la musique de ce film, lui qui depuis tant d'années avertit la jeunesse des risques d'une vie criminelle tout en glorifiant la voyoucratie

Chronique rédigée par Vanessa