Les policiers de la brigade de recherches et d'intervention (BRI) de Paris et ceux du service départemental de police judiciaire du Val-de-Marne (SDPJ 94) ont mis un terme aux activités de quatre trafiquants de drogue après plusieurs mois d'enquête. Les enquêteurs ont mis la main sur près de 300 kilos de cannabis à Gentilly.

Selon Actu-17, les investigations ont débuté l'été dernier. Les policiers, agissant dans le cadre d'une commission rogatoire, ont identifié plusieurs suspects se livrant à un important trafic de drogue. « Ils importaient du cannabis depuis le Maroc qui était acheminé par l'Espagne », indique une source proche de l'affaire. Des surveillances techniques et des filatures ont permis aux policiers d'en savoir plus sur le fonctionnement de ce réseau. « Au moins quatre importations ont eu lieu depuis l'été, à chaque fois de quelques centaines de kilos de drogue, pour alimenter le marché illicite parisien », ajoute notre source.

Une nouvelle importation à bord d'un poids lourd s'est déroulée dans la nuit de dimanche à lundi. Mais cette fois, les policiers ont procédé à l'interpellation des trafiquants, au petit matin, vers 06h30, à Gentilly, alors qu'ils venaient de réceptionner et stocker les produits stupéfiants.

Quatre hommes de 25 à 30 ans ont été arrêtés ainsi que le chauffeur du poids lourd de 41 ans. Dans le box où ils venaient d'entreposer la drogue, les enquêteurs ont saisi 110 kilos de résine de cannabis et 170 kilos d'herbe, mais également une arme de poing et plusieurs milliers d'euros en numéraire. « La saisie de drogue représente près d'un million d'euros à la revente sur le marché », souligne la même source. Les suspects ont été arrêtés alors qu'ils étaient sur le point de repartir à bord de deux utilitaires qui ont servi à décharger la marchandise et la ramener jusqu'au box.

Quatre des cinq suspects - dont le chauffeur du poids lourd - ont été déférés jeudi soir devant un magistrat instructeur en vue de leur mise en examen. Le cinquième suspect a été laissé libre à ce stade des investigations.