Un lycéen d’Aubervilliers agé de 15 ans a été agressé vendredi dernier lors d’un cours d’EPS au stade des Lilas. Trois élèves du collège local de Pierre-et-Marie-Curie ont été placés en garde à vue. Les trois collégiens, tous nés en 2004, ont été placés en garde à vue, soupçonnés d'être les auteurs des coups de couteau reçus par la victime, scolarisée à Aubervilliers, également en Seine-Saint-Denis.Selon une source proche du dossier, l'agression, qui ressemble à un « conflit entre quartiers » a eu lieu « dans un cadre scolaire » au stade municipal Jean-Jaurès, où se tenaient des cours d'EPS à la fois des élèves du collège Pierre-et-Marie-Curie, où étaient scolarisés les trois garçon en garde à vue et les élèves du lycée voisin de Paul-Robert, où était scolarisé la victime.

Contexte de bandes rivales : 

L'escalade de violence entre jeunes de quartiers des Lilas et du Prè-Saint-Gervais a couté la vie à un jeune garçon de 15 ans tué par trois mineurs. La victime se serait interposée au cours d'un « conflit entre deux individus de deux groupes opposés » et n'était pas la cible, il a juste voulu séparer les deux groupes qui s'affrontaient a ajouté une autre source. Il s'agit, selon cette source proche de l'enquête, du « contexte habituel des rivalités locales » entre jeunes des Lilas et du Prè-Saint-Gervais. L'enquête a été confiée à la police judiciaire de Seine-Saint-Denis.

Le 4 septembre, Kewi, lycéen de 15 ans, qui avait été mortellement poignardé à l'entrée du stade municipal des Lilas, en Seine-Saint-Denis, sous les yeux d'élèves en cours d'EPS. Selon une source proche du dossier, les trois adolescents écroués depuis vendredi pour «assassinat» lui en voulaient dans un contexte de « conflit entre quartiers ». La victime était originaire de la ville voisine du Pré-Saint-Gervais et scolarisée à Aubervilliers.

La famille de la victime lance un cri d'alarme : 

Mazlum Yikilmaz, le grand frère de Kewi, le lycéen tué sauvagement lors d’un cours d’EPS aux Lilas (Seine-Saint-Denis), lance un cri d'alarme en direction des jeunes :" Le risque est que mon petit frère ne soit pas le dernier à mourir pour un rien, alerte-t-il. Aujourd'hui, un jeune du Prè-Saint-Gervais ne peut pas se promener ni jouer au football aux Lilas sans risquer sa vie." 

Après cette mort les enseignants du lycée Paul-Robert ont réclamé :" la sécurisation des installations sportives" et ont dénoncé une insécurité persistante, un an après la mort d'un autre jeune, un collégien de 13 ans, mort aux Lilas, après une rixe entre jeunes de quatre communes voisines. Les parents d'élèves sont inquiets après cet incident et c'est le cas d'Yvette venue chercher sa petite-fille en urgence à l'école. "Je suis en colère et je suis affolée. Ça devrait être plus gardé, c'est tout, mais maintenant on va avoir encore plus peur"