Il y a 20 ans, le 21 janvier 2002, Booba sortait son premier album solo « Temps Mort ». Le projet qui deux décennie plus tard, est le plus représentatif de la carrière du Duc.

Chaque album a son histoire et celle de « Temps Mort » commence par la mauvaise réception de la part des maisons de disques. Cette déconvenue décidera l’artiste à sortir cette album en auto-production et en totale indépendance.

Une indépendance qui paye, avec un disque d’or à la clé, et ce n’est pas rien pour un album qui n’a été poussé par aucune major. On sent déjà cette hargne à vouloir voler de ses propres ailes dans « Indépendants », qui représente parfaitement l’envie de gravir les sommets pour le Duc à cette époque.

L’album part dans tous les sens, c’est même devenu une sorte de signature de Booba. « Temps Mort » dégage une aura particulière, la première écoute peut laisser une impression brouillonne, un coté désemparé par une impression de désordre. Mais un désordre bien articulé, que cela soit autour de l’egotrip, ou les artistes invités (Nessbeal, Moussa, Brams, LIM, Ali et bien sûr Kayna Samet sur « Destinée » ).

« Temps Mort » s’est forgé un statut de classique du rap français. Mais qu’en serait-il s’il était sorti aujourd’hui ?