L'algerino - Parole : Gamberge

L'algerino
Parole Gamberge :

Vis par les armes, meurs par les armes 
Vis dans le haram, périra dans les flammes 

Tu tires un rail, avant d'le fumer 
Tu paranoïe, difficile d'assumer 
Gelek j'suis un homme, gelek gelek j'suis un vrai 
Tu fleurte avec le diable tu vas pas tarder à brûler 

La vie est dure, c'est sûr 
Y'a ceux qui se lèvent le cul, toi tu vends d'la pure 
T'enlèves des vies, t'enlèves des armes 
Tu crois plus en Dieu, tu crois qu'en ton âme 
Paranoïque, dépressif 
Cri sur la daronne addict à la coc', faut ta dose faut qu'tu sniff 
Un grand t'a mis une gifle, il t'a hagar 
Tu veux lui faire la peau, ce fils de bâtard 
Za3ma t'es un fou t'as des choses à prouver 
Attends-toi à tout, la rue vas t'éprouver 
Ca commence par le guet, ça finis par donner des go' 
Pour récupérer un terrain tu fumes ton amigo 
Comme si de rien n'étais tu assistes à son enterrement 
Tu pleures avec sa mère, tu mélanges les sentiments 
La prochaine qui vas pleurer c'est la tienne 
Attends-toi à un lourd châtiment ! 

Tu tires un rail, avant d'le fumer 
Tu paranoïe, difficile d'assumer 
Gelek j'suis un homme, gelek gelek j'suis un vrai 
Tu fleurte avec le diable tu vas pas tarder à brûler 

Y'a plus de rahma dans les quartiers 
La drogue tue dans les quartiers 
Le Sheitan nous a berné 
Plus d'échappatoire on est cerné 
Plus d'amour dans mon quartier 
La haine pousse dans ton quartier 
Même ton ami d'enfance peut devenir ton ennemi juré 
Yema Yema, pris pour tes fils qui sont égarrés 
Yema Yema, même les anges ont fini par se barrer 
On a rien à y gagner, on emporte rien avec nous sous terre 
A quoi bon sert d'être le plus riche du cimetière ? 
Marseille c'est des drames, Marseille c'est des larmes 
La prison ou la mort, les corps calciné, mères en larmes 
On sait plus à qui parlé, parano j'commence à m'méfier 
Chaque jours sans savoir, j'fais la bise à des meurtriers 

Yema Yema, que Dieu guide nos pas 
Yema Yema, que Dieu guide nos pas